Vesc, remarques sur les recensements de 1836 et 1841

Avant 1836

Une des sources que l’on peut utiliser pour obtenir de l’information sur nos ancêtres est comme vous le savez le recensement.

En créant l’arbre généalogique du village de Crupies, pendant nos recherches, nous avons rassemblé les informations  provenant de l’Etat Civil et des recensements.  Ils donnent des renseignements sur les lieux où la population habitait, dans quel hameau mais aussi comment les ménages et les familles étaient constitués.

Maintenant nous sommes en train de créer un arbre généalogique semblable pour Vesc. D’abord nous avons incorporé dans l’arbre l’information venant de l’Etat Civil et nous avons donné une place à presque toutes les personnes qui y figurent. Maintenant voici le moment d’y inclure les informations que les recensements nous apportent.

Dans cet article nous voulons vous donner une idée des possibilités mais aussi des problèmes que l’on rencontre en se servant des renseignements que l’on trouve dans ces dénombrements.

Après 1836

Nous savons qu’avant la Révolution aussi, des recensements ont eu lieu. p.ex. « recensement des paroisses et feux des Bailliages et Sénéchaussées de France » de 1328.

A partir de 1801, un recensement général de la population fut organisé tous les cinq ans, jusqu’en 1946, sauf quelques-uns supprimés ou retardés en temps de guerre, et à l’exception de 1811 et 1826. Ces  années-là, pour la plupart des communes, seuls des rapports statistiques utilisant les chiffres des précédents recensements furent réalisés. L’année exacte peut varier d’un département ou d’une commune à l’autre[1]. Dans notre région, des recensements ont lieu à partir de 1836 ; en général tous les 5 ans.

Le recensement de 1836 a eu lieu à Vesc pendant l’été, en tout cas avant le 25 juillet, date où le Maire signe les résultats.

Ces listes nous apprennent beaucoup sur la population. En premier lieu le nombre d’individus habitant dans la commune, combien de garçons (enfants de sexe masculin et célibataires hommes), d’hommes mariés, de veufs, de filles (enfants de sexe féminin et célibataires femmes), de femmes mariées, de veuves. Mais aussi on y trouve de l’information sur la composition des ménages, familles et on est renseigné sur les professions exercées dans ces familles.

Ci-dessous vous voyez les têtes des colonnes du recensement de 1836. La première colonne indique le numéro de l’individu, le deuxième le numéro du ménage. Les colonnes suivantes contiennent les noms, prénoms etc. La dernière contient parfois des observations.

Il est dommage que dans ce recensement on trouve moins de renseignements que dans les listes qui viendront ensuite. Il manque le lieu d’habitation, le quartier où les personnes habitent. Mais si l’on réfléchit un peu, on peut quand même trouver le quartier où ces familles ont habité : en partant de   l’hypothèse que la personne qui faisait le recensement a voulu travailler avec une certaine efficacité. On peut dire qu’il est passé de quartier en quartier. Si nous savons par exemple que Pierre Martin Deffaysse (1-1) et sa famille habitait au Village on peut penser que les familles suivantes sur la liste étaient ses voisins. Nous possédons aussi des preuves à l’appui ; parfois, on trouve aussi le nom du lieu où ils habitent dans l’état civil lors des actes de naissances, décès ou mariages. Cette hypothèse sera aussi vérifiée quand on s’occupera des recensements qui suivent.

Sur les 1 100 individus qui sont dans ce recensement, 44 n’ont pas pu être retrouvé. Parfois parce que le nom ne faisait pas partie de notre corpus.

Parfois nous n’avons aucune idée de qui est la personne nommée. Un exemple :

A la page 8, nous trouvons le ménage de David Blanc. (Individu 143, ménage 41. Notre notation sera 143-41). David Blanc est marié à Marie Marguerite Noyer [2], nommée ici Marguerite Noey.

Henri Noyer fait aussi partie de ce ménage, certainement le beau-père de David, mais dans ce recensement cette information n’est pas encore donnée. D’après nos recherches, le couple n’a pas d’enfant vivant à cette date, or dans leur maison habite aussi une certaine Virginie Blanc. En 1836 elle a 5 ans. Qui est-elle ? La seule Virginie Blanc que nous connaissions, et qui est née en 1831[3] à Crupies, est la fille de Joseph Blanc et Madelaine Morin. C’est donc une cousine très éloignée de David Blanc. Mais il n’est pas du tout sûr qu’elle soit la personne que nous cherchions, Virginie Blanc.

Dans les recensements qui suivent se trouve souvent une indication de la relation familiale ou bien il est indiqué qu’un enfant se trouve dans ce ménage parce qu’il y est « en nourrice ». Cela n’est malheureusement pas encore le cas en 1836. La famille de David Blanc déménage entre 1836 et 1841 à Dieulefit. On ne voit plus leurs noms dans le recensement de 1841. Henri Noyer, le beau-père de David décède à Dieulefit en 1842[4]  et Marie Marguerite y décède en 1867[5]. Elle est veuve de David Blanc qui est mort en 1866 [6], à Dieulefit aussi.

En 1836, sur 1 100 habitants, il y a 80 domestiques. C’est presque 8% de la population. Dans ce recensement, on ne fait pas encore la différence entre domestiques, bergers et servants.

Il est encore plus difficile de connaître l’identité exacte d’un domestique, étant donné qu’il est inséré dans un ménage étranger, hors de son cadre familial.

A la page 27, nous trouvons le ménage de Jean Lienard (604-153). Le prénom utilisé dans son acte de naissance est Jean Pierre[7]. Il arrive très souvent que le prénom soit raccourci et cela peut provoquer quelques difficultés. Il est marié à Suzanne Rousset et le ménage habite à Pracoutel, quartier de la commune de Vesc. Il a 73  ans et son épouse 62 ans. Le couple Pierre Raspail et Suzanne Riailhe[8] font aussi partie de ce ménage. Il s’agit de la famille très éloignée de Jean Pierre Lienard. Probablement, ils sont soit des fermiers, soit des domestiques ou des valets du premier couple mais ce n’est malheureusement pas indiqué. En 1836 ce couple a deux enfants, Pierre et Marguerite. Pierre est né en 1825[9], ce qui correspond avec l’âge trouvé dans les listes de 1836. Mais il n’y a pas de Marguerite, par contre nous voyons qu’ils auraient une fille portant le nom de Virginie. Dans la liste nous voyons qu’elle a 7 ans ce qui veut dire qu’elle doit être née en 1829.  Or, la même année, le couple a eu une fille portant le nom de Marguerite[10].  On pourrait donc penser que Virginie et Marguerite sont une seule et même personne. C’est tout à fait probable mais pas certain.

Dans ce ménage se trouvent deux domestiques : Placide Mourier, qui a 19 ans et serait donc né vers 1817 et Nicolas Lamothe, 16 ans et donc né vers 1820.  Le prénom Placide pour l’un et le patronyme Lamothe pour l’autre ne sont pas très fréquents ce que simplifie considérablement notre recherche. Mais attention il ne faut pas prendre l’âge indiqué de manière trop stricte.

 A la recherche de Placide Mourier (610-143).

Parmi les 20.000 personnes de notre arbre généalogique actuel, principalement de la région de Crupies, Vesc, Bourdeaux et Dieulefit ne s’en trouve pas une seule portant le nom de Placide Mourier. Dans les relevés du CGDP, dont nous nous servons si souvent, nous trouvons la date de naissance d’un Placide Mourier[11] : le 11 janvier 1816 à Villeperdrix.  La lecture de l’acte de naissance nous apprend qu’il s’agit d’un enfant naturel de “Enriette” Mourier,  fille de Pierre Mourier.  Il n’y a pas d’autres personnes portant le nom de Placide Mourier dans la période concernée. Après quelques recherches, nous avons trouvé, quand ce Placide Mourier est décédé. Nous découvrons un « extrait mortuaire” dans lequel nous lisons qu’il est décédé à Alger dans l’armée d’Algérie, le 8 avril 1850. Dans cet extrait se trouve aussi le nom de sa mère et sa date de naissance[12]  ce qui correspond exactement à ce que l’on avait trouvé.

Ensuite nous avons essayé de trouver des renseignements concernant  “Enriette” Mourier. Elle est  peut-être la fille de Jean Pierre Mourier et de Rose Farnier.  En continuant cette voie, nous voyons que ce couple a eu une fille s’appelant Henriette Mourier née le 27 Thermidor an XII[13] (14-08-1804). Dans l’acte est indiqué que l’enfant est né « lejourhui (?) à quatre heure du matin ». Si elle est la maman de Placide cela signifierait qu’elle avait 11 ans quand son fils est né. Cela nous semble peu probable. Mais nous ne pouvons pas trouver d’autres personnes portant le nom Henriette Mourier, ayant un père se prénommant Pierre.

Nicolas Lamothe (611-143)

Pour trouver qui se cache derrière le nom du domestique Nicolas Lamothe, probablement né en 1820, nous avons moins de problèmes. Nous pensons qu’il s’agit ici de Nicolas Lamothe (Lamotte, dans l’acte de naissance) né dans la commune de Vesc le 4 aout 1820.[14]  On peut voir dans le recensement de 1851 qu’il est encore domestique, mais en 1851 son patron s’appelle Pierre Martin Deffaysse, adjoint à la Mairie et que maintenant il habite au village. Son nom ne figure pas dans les  recensements de 1841 et 1846. Tout porte à présumer qu’il était hors de Vesc pendant ces années-là. Nous ne savons pas quand Nicolas est décédé.

Erreurs                            

Il y a des erreurs dans les listes de ce recensement. Nous ne voulons pas parler ici de la manière plus courte d’écrire les noms comme « Pierre Lienard » au lieu de « Jean Pierre Lienard » comme nous l’avons déjà constaté. C’est bien plus grave quand le prénom ne correspond pas du tout.

Quelques exemples :

A la page 3,  nous trouvons la famille de Jean Marcel, scieur de long. Il est marié avec Madelaine Marguerite Reynaud[15]. Le couple a 4 enfants en 1836 : Etienne (1825[16]), Delphine (1827[17]), Fréderic (1831[18]) et Suzanne (1834[19]). Sur la liste du recensement de 1836, Etienne a changé de prénom et se nomme Auguste (16-4). Cette sorte d’erreurs est très fréquente mais certaines sont plus compliquées.

Françoise Alaise[20] habite au quartier de Luc,  elle est la veuve de Gaspard Arnaud[21] et a déjà 80 ans à cette époque. Mais dans la liste nous trouvons son nom avec l’ajout “vve Blanc” (456-116). Une erreur étrange ?  Cette erreur n’est pas si incompréhensible si l’on sait que son beau-fils porte le nom de Jean Pierre Blanc[22]. Sa fille, Marie Marguerite Alaise, est mariée avec ce Jean Pierre blanc, elle est donc femme Blanc. Elle porte le nom de sa mère parce qu’elle est fille naturelle. Cela a probablement perturbé la personne qui a registré cette famille et elle a confondu les données des deux personnes.

Un dernier exemple. Dans le quartier de la Combe de Marais habite Pierre Dermain. Il est marié à  Madelaine Augier. Le couple n’est plus très jeune et mise à part leur fille Françoise tous leurs enfants ont quitté la maison. Dans leur foyer habite aussi Françoise Achard[23], la belle-mère du chef de la famille. Mais dans le recensement on l’appelle  “Françoise Achard veuve Dermain” (710-166). Le  recenseur croyait donc qu’elle était la mère de Pierre Dermain au lieu de sa belle-mère.

1841  

Le recensement de 1841 ne dévie pas beaucoup du recensement de 1836. Il a les mêmes avantages et désavantages. Nous voyons que la population a diminué pendant 5 ans de 1100 à 1050 individus. Le nombre de domestiques en 1841 est de 90, en 1836 c’était encore 80 personnes. Bien sûr, il y a quelques individus que nous n’avons pas pu placer dans notre arbre généalogique. Et nous avons aussi trouvé quelques erreurs.

Parmi les 1050 individus nommés dans ce recensement nous n’avons pas pu en placer 38. Parfois parce que le nom nous était complètement inconnu, parfois parce que nous avions plusieurs candidats et n’avons pas pu choisir. C’est parce que l’âge des individus dans ce recensement n’est pas indiqué. Il est souvent impossible de placer les « enfants en nourrice » parce que le nom de famille  manque complètement.

Observations

Déjà à la première page, on voit que le préposé à l’enregistrement des individus a commencé à noter dans la colonne « Observations » si quelqu’un était présent ou non. Probablement, il s’est rendu compte que ce n’était pas très utile, et il s’est arrêté de le faire après avoir inscrit 4 personnes de cette façon.

En nourrice

Dans le recensement de 1841 nous trouvons  15 « enfants en nourrice ». Parfois on peut lire  dans la colonne « Observations » d’où vient l’enfant. Par exemple on lit à propos d’Adrien Casilien (313-81) qu’il est originaire d’Orange. Mais les observations ne sont pas toujours très précises car à propos d’un certain Napoléon Mourier (106- 23) il est dit qu’il est originaire « d’une autre Commune ». Nous trouvons cette annotation plusieurs fois ce qui ne nous avance guère.

Louise (744-168) habite dans le ménage d’Antoine Alaize et de Virginie Ferand (quartier du Château). Elle n’a pas de nom de famille, on sait seulement qu’elle vient « d’une autre Commune ». C’est un peu différent pour Alexandrine (1042-231) dont nous ne connaissons pas le nom de famille non plus.  Par contre nous apprenons qu’elle vient d’Orange. Elle habite au quartier Montagne de Vesc avec ses parents nourriciers Claude Chastan et Marie Chambon.

Les handicapés

Dans le recensement de 1841, il se trouve encore d’autres sortes de remarques dans les colonnes. Parfois on peut lire qu’une personne est handicapée. A propos par exemple de Marie Guinard[24] (400-102), la fille de Jacques Guinard et Marianne Monge, on lit dans la marge la remarque qu’elle est aliénée. Pierre Barnaud (474-117), le fils de Jean Pierre Barnaud et Isabeau Dufour a le même handicap.

De même, nous savons qu’Etienne Noyer (406-104), le domestique de Vincent Chastan, qui était Maire en 1841, était sourd et muet, comme Anne Terrot[25] (514-124) la sœur de Louise Terrot, femme Bompard. Tandis que son autre sœur Jeanne Marie[26] (513-124) est aliénée, mais cela ne l’empêche pas de se marier.

Juston  Vincent  (967-217) est aussi aliénée. Elle est la fille de Jean Pierre Vincent et Elisabeth Bontoux. Ils habitent au quartier de Guinard. Cette fille est née en 1820 (si l’on en croit le recensement de 1846). Mais le couple n’a pas de fille portant ce nom. Leur fille, née en 1820, s’appelle Virginie Catherine[27]. La question est de savoir si elle et Juston sont la même personne ? Peut- être l’apprendra-t-on dans un recensement ultérieur.

Jacques Fine[28] (978-219), le fils de feu Jean Fine et défunte Marguerite Chastan, est cultivateur. On peut lire dans la colonne « Observations » qu’il est « sourd et muet », c’est là la preuve qu’un handicap n’empêche pas d’être un travailleur indépendant. Il habite quartier Lunières.

Et enfin il y a Jacques Chastan[29] (1050-233), fils de feu Jacques Chastan, sourd et muet. Il habite avec sa mère Marie Feraud au Village.

Autres Observations.

Dans la colonne des observations nous trouvons encore d’autres remarques.

Antoine Barral[30] (44-11) le fils de Jean Pierre Victor Barral et Elisabeth Dermard, vivant habituellement au Village n’est pas chez lui. Sa profession est « ouvrier cordonnier » et au moment du recensement il se trouve à Montjoux. Son frère Victor Barral[31] n’est pas chez lui non plus. Il est aussi « ouvrier cordonnier ». Il est « en tournée ». Comme son frère et ses parents, il habite au Village avec sa femme Jeanne Payan[32] et leurs deux filles.

Jean Louis Pierre Berard[33] (118-35), fils de Jean Louis Berard et Jeanne Marie Poulet (Village), est ouvrier tisserand et lui aussi est « en tournée » en 1841.

Daniel Morin[34] (169-50), le fils de Jean François et Jeanne Marie Laurie , est « en pension » à Dieulefit. Il est dommage que nous ne sachions pas de quelle pension il s’agit. Est- ce qu’il y est dans une école supérieure ou est- ce qu’il y travaille. Il a atteint l’âge de 19 ans en 1841.

Pierre Raspail[35](488-120) est aussi « en pension à Dieulefit ». Il  est le fils de Pierre et Marianne Suzanne Rialhe qui habitent au Pracoutel. Il a 16 ans en 1841.

Joseph Jail[36], (830-190), on écrit ici Geail, n’est pas présent parce qu’il est « militaire en activité de service ». Il est le fils de Joseph et Suzanne Bernard. Ses parents habitent au quartier de Paulliet.

 

[1]             https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_du_recensement_de_la_population_en_France

[2]             Etat Civil de Bourdeaux (1823-1832 page 251

[3]             Etat Civil de Crupies (1823-1832) page 144

[4]             Etat Civil de Dieulefit (1838-1842) page 417

[5]             Etat Civil de Dieulefit Décès (1853-1889) page 322

[6]             Etat Civil de Dieulefit Décès (1853-1899) page 307

[7]             RP Dieulefit p. (1744-1770) page 50

[8]             Etat Civil de Vesc (1823-1832) page 36

[9]             Etat Civil de Vesc (1823-1832) page 49

[10]            Etat Civil de Vesc (1823-1832) page 153

[11]            Etat Civil de Villeperdrix (1813-1822) page 66

[12]            Etat Civil de Villeperdrix (1843-1852) page 142

[13]            Etat Civil de Villeperdrix (An XI-1812) page 28

[14]            Etat Civil de Vesc (1813-1822) page 201

[15]            Etat Civil de Vesc (1813-1822) page 272

[16]            Etat Civil de Vesc (1823-1832) page 53

[17]            Etat Civil de Vesc (1823-1832) page 98

[18]            Etat Civil de Vesc (1823-1832) page 208

[19]            Etat Civil de Vesc (1833-1842) page 32

[20]            Etat Civil de Vesc (1833-1842) page 183

[21]            Etat Civil de Vesc (An X-1812) page 25

[22]            Etat Civil de Vesc  (1813-1822) page 19

[23]            RP Dieulefit p. (1744-1770) page 23

 

[24]            Etat Civil de Vesc (An X-1812) 214

[25]            Etat Civil de Vesc (1793- An IX) page 205

[26]            Etat Civil de Vesc (An X-1812) page 213

[27]            Etat Civil de Vesc (1813-1822) page 202

[28]            Etat Civil de Vesc (1793- An IX) page 171

[29]            Etat Civil de Vesc (An X-1812) page 317

[30]            Etat Civil de Vesc (1813-1822) page 289

[31]            Etat Civil de Vesc (1813-1822) page 38

[32]            Etat Civil de Vesc (1833-1842) page 93

[33]            Etat Civil de Vesc (1793 – An IX) page 241

[34]            Etat Civil de Vesc (1813-1822) page 290

[35]            Etat Civil de Vesc (1823-1832) page 49

[36]            Etat Civil de Vesc Décès (1839-1889) page 326