Vesc, Remarques sur le dénombrement de 1876

Dans la colonne  « NATIONALITÉ, LIEU DE NAISSANCE » un changement essentiel se produit dans ce dénombrement parce que malheureusement le lieu où chaque individu est né disparaît. Il n’est donné que deux alternatives : né(e) dans la Drôme  ou dans un autre département, cela complique grandement la recherche.

Récapitulation du recensement nominatif 1876

Population

La population a diminué de 872 personnes en 1872 à  833 en 1876.

Quand on considère le développement des diverses catégories de la population on a les résultats suivants:

  Garçons Hommes mariés Veufs Filles Femmes mariées Veuves Total
1872 281 170 41 174 170 36 872
1876 242 167 37 183 166 38 833
  -39 -3 -4 +9 -4 +2 -39

Il est frappant de constater que la diminution de la population est principalement causée par la catégorie « garçons » mais il faut se rendre compte qu’il y a plusieurs facteurs qui ont une influence sur cette catégorie. Bien sûr, les naissances et les décès mais aussi les mariages  font que des individus changent de catégorie. Quelques personnes peuvent  sortir complètement de ce tableau en allant dans une autre commune.

Nous avons recherché combien d’individus sont décédés dans la période comprise entre 1872 et 1876 et aussi dans quelle catégorie ils se trouvaient.

Décès dans la période 1872-1876

Garçons Hommes mariés Veufs Filles Femmes mariées Veuves Total
16 17 9 18 14 10 84

Dans la même période, il y a eu 112 naissances à Vesc.  Il y avait donc dans ces années-là un excédent de naissance de 28 individus (112-84), pourtant la population a diminué. Il ne nous reste qu’une explication : des individus ont quitté le village. Dans cette période 67 personnes sont partis de Vesc (39 +28). Il est probable qu’il s’agissait surtout « des garçons  » qui allaient chercher leur futur ailleurs. Dans la même période les populations de Dieulefit et de Bourdeaux augmentent respectivement de 21 et 39 personnes et celle de Montélimar de 454 personnes. L’exode rural !

  Habitants en 1872 Habitants en 1876 différence Pourcentage excédent de naissance
Vesc 872 833 -39 -4,4%
Crupies 360 348 -12 -3,3%
Bourdeaux 1262 1301 +39 +3,1%
Dieulefit 4028 4049 +21 +0,52%
Montélimar 10073 10527 +454 +4,5%
         

Relations familiales entre domestiques et leurs employeurs.

Comme dit plus haut,  il y avait à Vesc en 1876, 49 domestiques. Qui étaient ces personnes ?

Le dénombrement nous donne l’âge de chacun, en moyenne,  ils ont 22 ans et 7 mois.  La doyenne est  veuve Marie Granjon, elle a 61 ans et est employée par Eugène Mielle à Pauliet. Son nom est assez commun dans notre région et d’autres données à propos de cette personne manquent, nous n’avons pas pu trouver de qui elle est veuve.

Les benjamins  sont Joseph Roussin, qui a 9 ans et travaille comme berger chez Claude Granjon au quartier de Chambonnet et Honoré Blanc, qui est au service de Louis Motte demeurant au Col d’Espreaud. Ce garçon a aussi 9 ans et lui aussi est berger. Le fait que  ces enfants  sont enregistrés dans le dénombrement  de 1876 comme employés indique qu’en 1876, il n’y avait pas encore d’instruction obligatoire. La loi instaurant l’instruction obligatoire ne viendra que le 28 mars 1882.

On trouve parfois dans un dénombrement un fils ou fille du chef du ménage qui est considéré comme berger ou domestique de leur père. Cela n’est pas le cas en 1876 mais il existe parfois une autre relation familiale.

Nous avons pu identifier avec certitude 23 individus parmi les 49 domestiques et bergers. C’est moins que la moitié ; c’est vrai, mais … trouver la personne qui se cache derrière le nom seulement d’un domestique lorsque l’on sait uniquement que cet individu est né dans la Drôme ou dans un autre département, est une mission parfois extrêmement difficile. Parfois le dénombrement indiquait une relation familiale entre l’employé et l’employeur or dans celui-ci aucune une relation familiale n’apparaît.  

Nous avons pu identifier ces 23 individus grâce aux noms, aux âges, aux dénombrements précédents et à leurs mariages éventuels donnés par l’état civil. Il résulte que de ces 23 individus identifiés, 21 ont une relation familiale relativement lointaine avec leur employeur.

En moyenne,  employeur et employé sont éloignés l’un de l’autre par 8 étapes.

(Exemple d’étapes : père / fils = 1 étape ;  père / petit fils = 2 étapes ; etc.). Ce qui nous porte à dire qu’en général, on préférait, si c’était possible,  travailler pour un parent lointain que travailler pour quelqu’un qui était complèteme