Vesc, Remarques sur le dénombrement de 1881.

Population

Le maire Jean Piollet signe le 14 janvier 1882 les résultats du dénombrement de 1881. Le nombre d’habitants a encore baissé. En 1876 Vesc avait encore 833 habitants et en 1881, il n’y en avait que 752. L’exode rural continue.

Les rubriques de ce dénombrement sont assez limitées, parce que les colonnes concernant le niveau d’éducation, les cultes et les animaux manquent.

Les deux premières colonnes indiquent le hameau concerné. Il y a parfois des regroupements de deux ou plusieurs noms de hameaux. On trouve par exemple  la combinaison de Guinard, Gueyle et Gourut, ou encore  Col de Vesc et Bourgarelle. De nouveaux noms apparaissent : Combe de Richard et Marelin. Au total la liste de ce dénombrement connaît une cinquantaine de noms de hameaux  lieudits et maisons.

Dans les trois colonnes suivantes nous voyons la numérotation des maisons, ménages et individus. Ensuite, sont indiqués les patronymes et les prénoms. Il nous semble qu’on n’est pas très méticuleux en ce qui concerne la notation des prénoms. Souvent un prénom n’est pas complet (Pierre au lieu de Jean Pierre) mais il arrive aussi fréquemment que le prénom est tout à fait incorrect. (Olympe Tardieu au lieu de Philomène Tardieu[1]).

Quelquefois ce dénombrement ne donne pas le nom de jeune fille mais seulement le patronyme de son époux, cela peut être dérangeant.

Une fois même on utilise le deuxième prénom du père comme patronyme de sa fille :

Virginie Ferand s’est mariée[2]  le 7 juillet 1829 avec Antoine André Alaise. Elle est la fille de Joseph Benoit Ferand et Marie Faure. Dans ce dénombrement on lui attribue le nom de Virginie Benoit.

Dans un autre cas, la fille porte le patronyme de sa mère :

Le 8 novembre 1862 Daniel Bois  se marie à Teyssières  avec Marie Anne Ponçon[3]. Elle est la fille de  Jacques Ponçon et Marie Plèche de Chaudebonne. Dans ce dénombrement elle est appelée Marie Plèche.

Nous parlerons d’une erreur plus compliquée à la fin de cet article.

Mais retournons aux colonnes.

A coté des noms de famille et des prénoms se trouve une place pour noter l’âge de la personne concernée. Ici, nous avons l’impression que l’âge est souvent estimé. Nous ne pouvons pas toujours le contrôler, parce que dans la plupart des cas on connaît souvent la date de naissance exacte, mais nous ne savons pas à quelle date l’enregistrement du dénombrement a eu lieu. Mais, même quand nous prenons une marge assez large,  il est très clair que parfois l’âge indiqué n’est pas correct.

Ensuite il y a une colonne dans laquelle on note les professions, puis une autre encore pour décrire la relation familiale entre la personne concernée et le chef de ménage.

La dernière colonne est celle consacrée aux « observations » éventuelles mais elle n’est presque pas utilisée.

Entre deux dénombrements la santé à Vesc a subitement enregistré une embellie. Les « goitreux » ont  disparu. La santé mentale également s’est bien améliorée. Nous ne voyons qu’une seule fois la remarque « idiote »!

Tout cela fait que ce dénombrement, par rapport à d’autres, est peu documenté  ce qui limite grandement  les éléments que nous pouvons en distiller.

Domestiques et bergers

A Vesc en 1881, il y a 41 domestiques.

Un aperçu :

Habitants/ domestiques
annéesdomestiquesnombre habitantspourcentage
18368211017,45%
1876498335,88%
1881417525,45%


Parmi les 19  domestiques dont nous connaissons l’identité, 17 ont une relation assez lointaine avec leur employeur mais dans deux cas, il existe une relation plus proche : une personne travaille chez son oncle et une autre chez son grand-père.

Pierre Feraud[4]  est le doyen parmi les domestiques.  Il a 69 ans[5],  est célibataire et il est le berger de  Régis Chastan[6] (veuf de Adolphine Gras),  qui habite au quartier les Audrans. Il est un cousin au 3e degré de son employeur.  Il est étonnant qu’aucun des domestiques  aient moins de onze ans. Il me semble que Vesc est en avance sur l’instruction obligatoire qui ne sera de rigueur que grâce à la loi du 28 mars 1882.

What’s in a name?[7]

Au Village habite Martin, Charles Nicolas avec son épouse Louise Charpenel et leurs enfants. Le couple habite déjà depuis quelques années à Vesc. Pourtant, quand on cherche cette combinaison de ces deux personnes dans les listes ou à l’état civil nous ne les trouvons pas. Le nom de jeune fille de l’épouse nous est connu.  Si nous la cherchons dans notre arbre, nous voyons qu’elle s’est mariée le 20 novembre 1877[8]  avec sieur Nicolas, Antoine Martin. Voici un cas flagrant de confusion entre le prénom et le nom de famille. Dans ce cas le nom complet, constitué de 3 prénoms permettait d’en utiliser un, de manière erronée,  comme patronyme potentiel.

Mais nous voulons tout de même contrôler si, dans l’acte de mariage, on se sert du patronyme correct. La recherche n’est pas trop difficile car dans l’acte de mariage se trouve aussi la date et le lieu de naissance du futur époux. Il est né le 1er juin 1846[9]  à Valréas  dans la Grand’rue  dans la maison de sa grand-mère. Il est le fils naturel de Marie Anne Antoinette Nicolas.  A la naissance de son fils elle a 33 ans ce qui la fait naître vers 1813.

Après quelques recherches on trouve par listes décennales  son acte de naissance[10].

Retournons un moment vers jeunes mariés. Leur premier fils nait le 27 juin 1879  à Vesc. Il lui donne les prénoms Felix Charles[11] et le maire lui attribue le patronyme Martin et dans cet acte on nomme le père « sieur Martin, Antoine Nicolas ».

Le 10 octobre 1881 est née leur fille Angèle Louise[12], là encore on nomme le père « sieur Martin, Antoine Nicolas ».

A la naissance de leur deuxième fils qui porte les prénoms Léopold Alfred[13] , le 10 août 1887, on donne le patronyme correct au père: “sieur Nicolas Martin Antoine” et le fils aussi reçoit ce patronyme : Nicolas.

Cet enfant n’a vécu que 6 jours et le 16 août  1887 [14] il décède au quartier de Guinard.  Dans son acte de décès le nom de famille est correct.

Pour terminer ce sujet, considérons d’abord l’acte de mariage de la fille Angèle Louise puis celui du fils Felix Charles pour savoir si l’erreur du patronyme a eu une influence.

Angèle Louise se marie le 23 avril 1904 à Taulignan avec Ernest Louis Bertouin.  Dans les tables décennales de Taulignan nous lisons qu’elle se marie sous le nom d’Angèle Louise Martin[15].

Felix Charles épouse le 2 mai 1905 [16]  Marie Félicie Geneves, native de La Bégude de Mazenc. Le mariage se déroule à Taulignan.  Dans l’acte de mariage on l’appelle Félix Charles Martin.

Pour son deuxième mariage, également, avec Alphonsine Julie Martin (! Çà ne s’invente pas) de Grignan, qui a lieu à Taulignan le 6 mars 1907[17], là encore on lui donne le patronyme Martin.  Une erreur tenace dont la conséquence peut bien être qu’il y a des Martin aujourd’hui, qui devraient s’appeler Nicolas.


[1] Etat Civil de Vesc Naissances (1839-1889) page 207

[2] Etat Civil de Vesc (1823-1832) page 161

[3] Etat Civil de Teyssières Mariages (X-1889) page 254

[4] Etat Civil de Vesc (An X-1812) page 356

[5] Le dénombrement indique qu’il a 70 ans

[6] Etat Civil de Vesc (1813-1822) page 289

[7] “What’s in a name? that which we call a rose
By any other name would smell as sweet.”

William Shakespeare. Romeo and Julliet (Acte 2 scene 2)

[8]  Etat Civil de Vesc Mariages (1847-1889) page 227

[9] Etat Civil de Valréas (1844-1846) page 90

[10] Etat Civil de Valréas Naissances (1811-1813) page 101

[11] Etat Civil de Vesc Naissances (1839-1889) page 332

[12] Etat Civil de Vesc Naissances (1839-1889) page 348

[13] Etat Civil Vesc Naissances (1839-1889) page 381

[14] Etat Civil de Vesc Décès (1839-1889) page 397

[15] Etat Civil Taulignan Tables Décennales (1903-1912) page 6

[16] Etat Civil Taulignan Tables Décennales (1903-1912) page 9

[17] Etat Civil Taulignan Tables Décennales (1903-1912) page 9