Vesc, remarques sur le dénombrement de la population en 1866



Hameaux  et quartiers

Sur la liste de 1866 se trouvent 32 hameaux et quartiers mais dans ce dénombrement, on peut voir que parfois est ajouté, sur les pages concernant un quartier, un autre nom de lieu, écrit bien plus petit et dans la marge. Voici quelques exemples illustrant ce propos.

Quand on nomme les personnes qui habitent aux Audrans, dans la marge, à différentes places, nous lisons : Reynier, Haut Moulin et Ruy.

En nommant les habitants des Combes,  on a ajouté dans la marge : Col de Blanc et Mielandre. Nous pensons que cela veut dire que dans ce quartier se trouvent des maisons ou des lieux-dits plus petits portant ces noms.

Donc, Reynier fait partie du quartier Les Audrans, comme Mielandre fait partie du quartier les Combes.

A quoi  cela sert-il de le savoir, vous demanderez-vous peut-être ? Quand on constate qu’une certaine famille habite à un moment à Burlon et que quelques années plus tard elle demeure à Combe de Garreau, vous pourriez penser qu’elle a déménagé, mais c’est beaucoup moins probable quand on sait que Burlon est considéré dans ce dénombrement comme une maison ou lieu-dit faisant partie de la Combe de Garreau

Population

De ces 933 habitants un seul n’a pas la nationalité française. D’après les chiffres de ce dénombrement  233 personnes savent lire et écrire.

Domestiques et bergers

En 1866 à Vesc, il y a 71 domestiques et bergers parmi lesquels 14 sont issus de la famille directe (fils, fille, belle-fille et nièce) du chef de ménage. Pour les  57 restant, ce n’est pas le cas aussi peuvent-ils être considérés comme des employés agricoles ou employés de maison.

Un aperçu :

Domestiques / Habitants
années domestiques nombre d’habitants  pourcentage
1836         82 1101 7,45%
1841         92 1050 8,76%
1846         78 1017 7,67%
1851         66 969 6,81%
1856         43 992 4,33%
1861         50 961 5,20%
1866         57 933 5,32%
 

Comment vivaient les religions ensemble ?

Dans l’article concernant le dénombrement de 1861, nous avons déjà évoqué cet aspect  des religions. Dans cet article nous allons comparer la situation à Vesc en 1861 avec celle de 1866. D’abord nous considèrerons  le marché du travail en 1866 :

Pour examiner cette question nous avons examiné de plus près les 57 domestiques et leurs employeurs.  Parmi ces 57 domestiques, 20 travaillent chez un employeur qui a une autre religion que la leur. On trouve, d’un côté, 9 domestiques protestants au service d’un employeur catholique  et, de l’autre côté, il y a 11 ouvriers catholiques au service d’un protestant.

18 des employeurs sont calvinistes et il y a 25 employeurs catholiques. En pourcentage 42% et 58  %. Ces pourcentages ne différent pas beaucoup de la division de toute la population entre Catholiques et Protestants.

Parmi les 25 employeurs qui pratiquent la religion catholique il y en a 9 qui ont un employé protestant, c’est-à-dire 36% ;  en 1861 c’était 19%, et parmi les 18 employeurs protestants 11 ont un domestique ou berger catholique c’est-à-dire près de 61% en 1861 c’était encore 42% !

On pourrait avancer que pendant les 5 ans entre 1861 et 1866 la tolérance entre les deux communautés s’est améliorée.

Comme nous l’avons fait dans un article précédent, nous allons aussi examiner les mariages mixtes. En 1866, dans le dénombrement de Vesc, il y a 16 mariages mixtes. Dans 6 de ces couples l’homme est catholique et la femme protestante et dans 10 de ces couples l’homme est calviniste et la femme catholique.

Quand il y a des enfants dans un des couples dans laquelle l’homme est catholique le ou les enfants sont toujours catholiques. Quand il y a des enfants dans un des 10 couples ou le mari est calviniste dans 7 cas le ou les enfants sont pourtant catholiques.

En 1866, il y a toujours un curé à Vesc (Antoine Soulier) mais il n’y a pas de pasteur.

Erreurs

Vincent Bouchet et Marie Galifel

Dans ce  dénombrement  également  se sont glissées quelques erreurs. Nous vous en indiquons deux.

Dans le quartier « les Chastans » habite le couple Vincent Bouchet et Marie Galifel. Si vous allez à la recherche de ce couple, vous ne les trouverez pas sur les listes connues du CGDP. Mais si nous examinons de plus près le patronyme de l’épouse, nous nous rappelons de l’avoir déjà vu, mais sous la forme de surnom.  Dans l’arbre généalogique que nous avons constitué, nous trouvons un certain Jean Jacques Gras (dit Garifel) marié [1] à Marie Marguerite Begou le 3 mai 1814.  Si on part de la thèse que Marie Galifel (Garifel) aurait dû se nommer Marie Gras, la solution est simple et on trouve alors le couple  Vincent Bouchet  et Marie Rosalie Gras (qui est son nom complet), marié[2] le 1er mai  1829. Marie Rosalie Gras est en fait la fille de ce Jean Jacques Gras (dit Garifel, qui portait d’ailleurs le même surnom que son père) et Jeanne Marie Faure, sa première épouse.

Abel Cuny et Rosalie Chansel

A Combe de Marel habitent Abel Cuny et Rosalie Chansel et leurs enfants. Cette famille se trouve déjà dans les recensements et dénombrement de 1836, 1841, 1846, 1851 et 1856, sans que nous ayons pu l’identifier.

Nous sommes donc partis à la recherche de cette famille. Le seul mariage entre un Cuny et une Chancel que nous ayons trouvé dans les listes est le mariage entre Jean Claude Cuny et Marie Chancel mais ils se sont mariés en 1784, ce qui ne nous avance pas.

Abel Cuny  a 43 ans en 1866 et il doit donc être né en 1823.  Le seul Abel Cuny sur les listes est un Abel Cuny né à Marsanne le 11 janvier 1869.  Alors nous changeons de personne et nous dirigeons nos recherches sur la  dénommée Rosalie Chansel  ou Rosalie Chancel mais là non plus, nous ne trouvons pas ce que nous cherchons.

Faisons une dernière tentative. Une de leurs enfants s’appelle Zoé, un prénom relatif rare. L’enfant a 1 an, et elle est donc née en 1865.  Nous consultons notre arbre généalogique  et recherchons une Zoé, née en 1865. La seule personne qui remplisse  cette condition est Marie Zoé Barnier [3], née à Vesc le 16 juin 1865. Ses parents sont André Abel Barnier et Marie Rose Chancel[4], nous trouvons aussi leurs autres enfants.  Mais même après avoir fait cette découverte, nous ne  comprenons pas pourquoi celui qui a enregistré les dénombrements a changé le patronyme de cette famille Barnier en celui de Cuny.

Pour éclairer ce mystère nous allons continuer à examiner les actes de naissances en commençant par le début : le mariage des grands parents de Marie Zoé Barnier c’est-à-dire entre Jean Antoine Barnier et Jeanne Marie Barnier le 10 février 1807 à Villeperdrix. Jean Antoine Barnier est né à Villeperdrix le 1er août 1781[5]. Jeanne Marie Augier, elle, est née à Vesc probablement en 1784. Ils ont 8 enfants. Examinons de plus près les actes de naissances  de ces enfants. Leur fils aîné s’appelle Jean Pierre Barnier[6] et il est né le 9 janvier 1811, dans son acte de naissance une chose nous étonne : le déclarant. Habituellement, dans presque tous les actes de naissance le déclarant est le père de l’enfant or le déclarant de cet acte est un certain Antoine Culiera qui déclare que Jean Pierre Barnier est le fils d’Antoine Barnier et Marie Augier.

Leur deuxième enfant s’appelle Jean Antoine, lui est né le 17 décembre 1813[7]. Ici aussi ce n’est pas le père qui déclare son fils mais un certain Barthélemy Cuny, 34 ans qui à partir de cet enfant viendra déclarer successivement  tous les bébés de Marie Augier.

Il déclare pour le petit Jean Antoine que « marie augier femme de antoine Barnier son épouse legitime cest accouchée dans la maison de genevieve monnier (veuve Lombard) hameau des Chastan »

– pour Jeanne[8] et Pierre Benjamin[9], que Jeanne marie augier, femme de antoine Barnier cest accouchée.. 

– pour André Abel [10] que marie augier femme de antoine Barnier cest accouchée..

– pour  Jeanne[11] et Magdeleine (jumeaux) un enfant jumeaux de sexe feminin né le jour d’hier … de antoine Barnier et marie augier son épouse…

– et enfin pour Barthelemi [12]  un enfant de sexe masculin né le jour d’hier à cinq heures du matin, de antoine Barnier et de marie augier son épouse…

Jean Antoine Barnier, le père, est décédé à Villeperdrix le 30 mars 1834[13]. Son acte de décès ne nous renseigne que sur son âge, 49 ans, et qu’il est propriétaire, marié avec Marie Augier.

Mais comment est-il possible que dans les dénombrements indiqués les patronymes des enfants Barnier aient changé. Il n’y a pas eu de mariage entre Marie Augier et Barthelemy Cuny, parce que dans l’acte de décès de la veuve Barnier que le maire de Vesc, Claude Vincent Chastan, établit le 7 février 1850 [14], on lit qu’elle est la veuve de Jean Antoine Barnier et on ne trouve pas le nom de famille Cuny dans cet acte.  Elle décède dans le hameau Combe de Marais.

Le Barthelemy Cuny que nous cherchons porte le nom de Pierre Barthelemy Cuny dans son entier, né le 9 mars 1776 [15], il décède le 4 mai 1858[16] et il est dit célibataire. Lui aussi décède à la Combe de Marais. L’âge indiqué dans les actes de cette personne correspond généralement avec l’âge que l’on peut calculer à partir de sa date  de naissance.

Des 8 enfants de Jean Antoine Barnier et Jeanne Marie Augier seuls 2 se marient. Jeanne Marie Barnier se marie avec Jean Antoine Coutelier le 16 décembre 1843[17] et son frère André Abel Barnier se marie avec Marie Rose Chancel. Dans leurs actes de mariage on ne retrouve pas le patronyme Cuny, pourtant ils ont été considérés dans plusieurs dénombrements comme enfants de Barthelemy Cuny.

Goitre.

En 1866, il y a beaucoup de goitreux à Vesc. Plus de 13% de la population est atteint de cette maladie.  Dans un autre article concernant le dénombrement de 1851 nous avons déjà parlé de la cause de cette maladie : une carence en iode essentiellement.

L’iode se trouve dans certains endroits dans la terre. Quand l’iode est dissous dans l’eau, il est absorbé par des plantes. Dans le même article nous avions comparé le nombre d’individus atteint du goitre à Vesc avec le nombre de personnes atteint du goitre dans les communes voisines :

Goitre en 1851       atteint de goitre                       habitants             %
Vesc 63 969 6,50%
Crupies 2 434 0,46%
Montjoux 11 537 2,05%
Comps 5 348 1,44%
Orcinas 0 115 0,00%
Bourdeaux 6 1435 0,42%

En 1866 le nombre de goitreux a considérément augmenté pour atteindre 13 % de la population de Vesc. Nous avons comparé les quartiers et hameaux sur ce point précis.

Voici  les résultats des plus grands quartiers et hameaux en partant de l’idée que chaque hameau a ses propres cours d’eau ou sources ou puits.

Certaines choses perturbent une bonne comparaison : quelques familles ont déménagé d’un endroit  à un autre endroit  à Vesc et quand ils sont atteints de cette maladie on n’est pas sûr du lieu où ils l’ont attrapé. Un autre problème est que quelques hameaux sont si peu peuplés que quand un des 5 habitants est atteint le hameau grimpe immédiatement vers un pourcentage de 20% de goitreux. C’est la raison pour laquelle nous avons choisi les hameaux de plus de 40 habitants. Ensemble, ils représentent la moitié de la population.

Vous constaterez que le pourcentage moyen de ces hameaux est plus élevé que  celui du village en son entier.

  Nom de Hameau / quartier           habitants                       gointreux              %
Village 202 32 16%
Les Audrans 60 15 25%
Les Chastans 45 6 13%
Combe de Garrreau 47 7 15%
Paulier 52 2 4%
Pracoutel 54 10 19%
460 72 16%

On voit que l’eau à Paulier semble être de bien meilleure qualité pour la santé que l’eau que l’on boit aux Audrans.

Le hameau de Paulier (A) est situé dans le sud de la commune de Vesc près de la Commune de Montjoux comme la Viguière (B) (hameau dont le nombre d’habitants est trop restreint pour avoir un pourcentage de goitreux pertinent), ils ont un pourcentage bien plus bas que la moyenne des goitreux du village. Tandis que le quartier des Audrans (E), situé plutôt vers l’est, vers Bouvières pas très loin du hameau de Luc (D), Coutelier (F) et du hameau de Chastan(C) a un pourcentage de malades bien plus élevé que la moyenne. Paulier et La Viguière d’un côté et les Audrans, Luc, Coutelier et les Chastans de l’autre côté sont séparés par un relief. La vraie cause de ces grandes différences se trouve probablement dans les nappes phréatiques ou les cours d’eau, peut être souterrains qui nourricent les sources et les puits de ces hameaux.

Agriculture

En 1866, parmi les 933 habitants de Vesc, 820  personnes travaillaient dans l’agriculture. Il vaudrait mieux dire que 820 habitants dépendaient de l’agriculture, parce que dans ces chiffres sont inclus les enfants et les vieillards. Vesc connait à cette époque 202 exploitations, 146 habitants sont propriétaires de leur exploitation, les autres travaillent pour un patron comme fermier, journalier ou bucheron. Comme on l’a vu pour les autres dénombrements, beaucoup d’exploitations  ont des domestiques, au total 65. Au début de cet article, nous nous basions sur un autre nombre (57) car on dénombre des ouvriers agricoles, des employés de maison comme par exemple la bonne du curé et aussi parfois un enfant qui travaille dans la ferme familiale comme domestique.

Le dénombrement de 1866 nous donne aussi des renseignements à propos du bétail et nous indique le nombre d’animaux de ferme à cette époque.  Les animaux les plus nombreux  à Vesc sont de toute évidence de la race ovine (4079). Toutes ces bêtes devaient être soignées et gardées et cela explique le nombre de bergers et de bergères, les chèvres aussi demandaient de la main-d’œuvre.

Nous voyons aussi que le nombre de chevaux est très limité et en général pour labourer les exploitants devaient plutôt se servir de bœufs. Mais il n’y avait pas de bœufs ni de béliers ni de boucs ni de mules dans chaque ferme. Donc il devait exister un système d’entre-aide et de troc pour pouvoir labourer mais aussi pour pouvoir produire  par exemple des agneaux et des chevreaux.      


[1] Etat Civil de Vesc (1813-1822) page 50

[2] Etat Civil de Vesc (1823-1832) page 36

[3] Etat Civil de Vesc Naissances (1839-1889) page 238

[4] Etat Civil de Bouvières (1842-1890) page 148

[5] RP Villeperdrix (1780-1792) page 12

[6] Etat Civil de Vesc (An X-1812) page 326

[7] Etat Civil de Vesc (1813-1822) page 11

[8] Etat Civil de Vesc (1813-1822) page 78

[9] Etat Civil de Vesc  (1813-1822) page 201

[10] Etat Civil de Vesc (1813-1822) page 291

[11] Etat Civil de Vesc (1823-1832) page 53

[12] Etat Civil de Vesc (1823-1832) page 180

[13] Etat Civil de Villeperdrix (1833-1842) page 33

[14] Etat Civil de Vesc Décès (1839-1889) page 112

[15] RP Vesc (1769-1780) page 78

[16] Etat Civil de Vesc Décès (1839-1889) page 195

[17] Etat Civil de Vesc (1843-1852) page 19